@Richard_Mille #Tourbillon #RM62-01 #Tourbillon #AlarmeVibrante #AirbusCorporateJets #ACJ

Richard Mille RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante Airbus Corporate Jets

Voyage aérien et mécanique de pointe

La Cote des Montres™ le 27 septembre 2019



Richard Mille et Airbus Corporate Jets (ACJ) lance une nouvelle montre, qui s’inspire de l’expérience en vol et des voyages exclusifs proposés par ACJ. Montre à grande complication d’un type nouveau, montre de voyageurs hors norme, montre pensée pour un porter quotidien et fonctionnel, la RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante ACJ résume la vocation de Richard Mille : entraîner les fonctionnalités et la performance vers de nouvelles limites. Par sa complexité, par ses matériaux, par ses complications et son ergonomie, elle est une œuvre horlogère totale.



Second volet de la collaboration entre Richard Mille et Airbus Corporate Jets, filiale d’Airbus qui commercialise des avions privés sur mesure, la RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante ACJ est une montre de vie, plus particulièrement destinée aux voyageurs. À nouveau, Richard Mille surgit là où on ne l’attendait pas : « La RM 62-01 est pensée pour la discrétion liée aux univers feutrés. Transmise par vibrations, son alarme reflète un savoir-vivre respectueux, rendu possible par une approche technique unique en son genre. Facile d’utilisation, cette complication n’en constitue pas moins un véritable paradoxe. Habituellement, une alarme efficace doit pouvoir s’entendre de loin... À l’inverse, la nôtre ne devait pas excéder un rayon d’action de quelques millimètres. Nous qui déployons des trésors d’ingénierie pour protéger nos montres des chocs et des vibrations, voilà que nous invitons ces dernières à l’intérieur même du mouvement ! C’est cette quête audacieuse qui a dicté le choix des matières et des dimensions qui font tout l’agrément et la rareté de ce modèle. »




Discrétion assurée

Contrairement aux réveils et alarmes classiques de l’horlogerie, celle de la RM 62-01 est totalement silencieuse. Elle signale que l’heure est venue par une discrète vibration, imperceptible au-delà de quelques centimètres. La seule personne susceptible de percevoir que l’alarme s’est déclenchée est le porteur. Dans l’atmosphère concentrée d’une salle de réunion aussi bien que dans l’espace confiné d’une cabine de première classe, une telle délicatesse est de bon aloi.

Une pièce maîtresse : la pyramide requiert 48 h d’usinage à partir d’un bloc de titane

Cette alarme par vibration ne devait pas altérer le fonctionnement du mouvement. Ainsi est née l’idée d’utiliser une masse excentrée en or massif, semblable à un rotor d’automatique, et inspirée des anciens vibreurs de téléphone portable. « Avant de réaliser un mouvement entier, diverses questions techniques liées aux vibrations dans le cœur même du mouvement ont dû être résolues. Quatre prototypes partiels, beaucoup de travail sur les maquettes et les contraintes d’encombrement ont été nécessaires pour pouvoir intégrer autant de composants et de fonctions dans un volume contenu. Il fallait loger 816 composants, 2 barillets, 7 aiguilles, 11 affichages et une cage de tourbillon. L’un de nos constructeurs a donc travaillé pendant cinq ans à plein temps, parfois avec l’aide d’un autre constructeur, avec réunion de suivi chaque quinzaine », explique Salvador Arbona, directeur technique mouvement de Richard Mille. Pour toutes ces raisons, la RM 62-01 est la montre la plus complexe que Richard Mille ait jamais créée.

Le Rolls-Royce Trent XWB, propre à l’ Airbus A350 XWB. Poussée maximale : 318 kN

« Chaque fois que je voyage, je m’interroge sur la nature de la fonction horlogère qui serait la mieux adaptée aux spécificités des environnements traversés.

Les composants en titane sont usinés chez Airbus Saint-Éloi à Toulouse

Découvrant les réalisations d’Airbus Corporate Jets, j’avais pu ressentir les émotions particulières engendrées par le voyage dans un cadre exclusif, ce qui m’a incité à prolonger l’expérience initiée avec la RM 50-02 Tourbillon ACJ à travers une montre voyageur d’un nouveau type. La RM 62-01 est pensée pour la discrétion liée aux univers feutrés. Transmise par vibrations, son alarme reflète un savoir-vivre respectueux, rendu possible par une approche technique unique en son genre. Facile d’utilisation, cette complication n’en constitue pas moins un véritable paradoxe. Habituellement, une alarme efficace doit pouvoir s’entendre de loin... À l’inverse, la nôtre ne devait pas excéder un rayon d’action de quelques millimètres.

Raccordement du réacteur Rolls Royce XWB de 38 tonnes sur le pylône

Nous qui déployons des trésors d’ingénierie pour protéger nos montres des chocs et des vibrations, voilà que nous invitons ces dernières à l’intérieur même du mouvement ! C’est cette quête audacieuse qui a dicté le choix des matières et des dimensions qui font tout l’agrément et la rareté de la RM 62-01. »


Montage sur les pylônes des systèmes électriques hydrauliques, air, fuel, etc. préalablement à l’installation du réacteur


Voyage aérien et mécanique de pointe

Malgré l’évidente différence d’échelle entre montres et avions, Richard Mille les envisage à partir de leurs similarités de fonctionnement, d’exigence et de dynamique. Tous nécessitent des milliers d’heures de développement. Des matériaux ultralégers et ultrarésistants sont les garants de leur intégrité et de leurs performances. Des choix structurels sophistiqués les prémunissent contre les vibrations intenses auxquels ils sont soumis. Des certifications draconiennes garantissent leur durabilité. Des procédures appliquées avec un soin méticuleux sont la condition de leur qualité. Leurs esthétiques respectives en font de fantastiques machines à faire rêver !

Les vis Torq-Set® des montres ACJ sont inspirées de celles qui, sur un avion, solidarisent des éléments de plusieurs mètres carrés de surface

Résolument intégrées à la pratique sportive de haut niveau en général et au sport automobile en particulier, les montres Richard Mille sont intimement liées à des pilotes et des athlètes qui les portent non seulement en entraînement et en compétition mais aussi à la ville. Très inspirée par ces univers de référence, la marque a à cœur de proposer systématiquement à tous ses clients des montres ultra-performantes. La RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante ACJ est l’une de ces « montres de vie », ici plus spécifiquement destinée aux voyageurs.



En 2013, Richard Mille lançait la RM 58-01 Tourbillon Heure Universelle Jean Todt, remarquable par le mode de réglage de son heure universelle. Ses 10 jours de marche et ses 24 fuseaux horaires affichés en permanence avaient été inspirés par le rythme de vie et de déplacements du président de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) et ami de Richard Mille. Sans recourir à un système complexe d’une ou plusieurs couronnes, le réglage s’effectue par simple manipulation de la lunette directement reliée à l’indication des villes de référence des 24 principaux fuseaux horaires de la planète.

En 2015, la RM 63-02 reprenait, cette fois au cœur d’un calibre automatique, ce procédé de fonctionnement particulièrement ergonomique. Outre ces pièces dédiées aux voyageurs au long cours, Richard Mille proposait également deux références associées à l’univers de l’aviation.

Airbus A350 XWB

La variété et les performances des matériaux employés dans le domaine de l’aéronautique sont d’une telle richesse et révèlent un tel niveau d’exigence qu’elles ont captivé Richard Mille dès les prémices de l’entreprise.

Airbus A320 Neo

Comprendre les besoins des pilotes pour y répondre a conduit à étudier les nombreux paramètres dont ces derniers doivent disposer simultanément en vol et qui ont fait de la RM 039 Tourbillon Chronographe Aviation l’une des réalisations les plus sophistiquées de la marque. Sa lunette haute, complexe, multicolore, reproduit les fonctions de la règle à calcul E6-B, instrument de vol que chaque pilote doit savoir utiliser en cas de défaillance de son électronique embarquée.

Airbus A320 Neo

Elle comprend également un tourbillon et un chronographe flyback pour le compte à rebours. De tout cela a résulté une pièce très technique, aux dimensions et à l’apparence hors normes : 50,85 mm de diamètre, 19,52 de hauteur, pour plus de 1000 composants.



En partenariat Airbus Corporate Jets (ACJ), filiale d’Airbus qui commercialise des avions privés sur mesure, la marque avait déjà intégré des éléments de design aéronautique dans une montre d’un nouveau type. Comme découpée autour d’un hublot dans un fuselage blanc de long-courrier, la RM 50-02 Tourbillon Chronographe à Rattrapante ACJ affirme résolument sa ligne originale avec une boîte en alliage de titane et aluminium, une lunette en céramique ATZ et une glace saphir au dessin inédit. Les formes des poussoirs et de la carrure en titane reprennent celles des éléments structurels, au profil si particulier, qui garantissent aux Airbus rigidité et solidité extrêmes tout en réduisant au maximum le poids embarqué. C’est cette même logique qui a déterminé les ponts ajourés portant les différentes complications du calibre RM50-02, en particulier ceux de l’indicateur de couple, de la réserve de marche et du tourbillon.

Pose du cadran de l’alarme

De même, les vis Torq-Set® de la lunette sont semblables à celles qui solidarisent les pièces d’avion de plusieurs mètres carrés de surface. Cette deuxième collaboration entre Richard Mille et ACJ a abouti à la création d’une montre d’un nouveau type. Ont été conservés, dans l’allure générale comme dans le détail, les principes de ce design caractéristiques de la RM 50-02, voulue très fonctionnelle. Obtenues au terme d’un processus de développement de très longue haleine et véritablement uniques, les complications de la RM 62-01 offrent aux utilisateurs une expérience horlogère paradoxale en conjuguant spectaculaire et apparente simplicité.

Montage côté cadran du calibre

Le passager d’un vol d’affaires, généralement soumis à un emploi du temps minuté, se doit néanmoins de garder affûtées ses capacités intellectuelles et relationnelles. C’est pourquoi la marque a choisi d’appliquer à la RM 62-01 des critères d’exigence semblables à ceux dictés par la création des montres destinées aux athlètes toujours en quête de la performance optimale.

« L’aéronautique me fascine tant que j’ai acheté aux enchères l’ensemble des manuels d’entretien du concorde et je peux passer des heures à en éplucher les schémas et les caractéristiques techniques. pour moi, ce sont des œuvres d’art... »

Le balancier à inertie variable du tourbillon garantit une plus grande fiabilité en cas de choc et de forte vibration


Un partenariat sur mesure

Si deux mondes étaient destinés à se rejoindre à la pointe de l’innovation, ce seraient l’aviation et l’horlogerie, orientées vers la conquête de l’espace et du temps. L’aéronautique a toujours été au cœur de l’inspiration de Richard Mille et sa vision de l’horlogerie du XXIe siècle révèle d’étroits parallèles avec cet univers de l’extrême. « La capacité de nos montres à fonctionner dans des environnements inhospitaliers, à résister à des forces g considérables et à survivre à l’usure nous a conduits, pour éprouver nos innovations, à introduire dans notre manufacture un « laboratoire de torture ». Comme pour l’aviation qui exige une marge de sécurité de 120 à 150 %, nous voulons que les montres Mille excèdent la norme en termes de fonctionnement. En tant que créateur, je suis fasciné par les similitudes entre avions et montres », explique Richard Mille. La mission que s’est toujours assignée Airbus d’acheminer par les airs ses passagers dans les conditions à la fois les plus sûres et les plus confortables a hissé ses techniciens à l’avant-garde de la conception aéronautique. Son seul nom suffit à évoquer les approches inédites en matière de design des avions que sa prestigieuse filiale Airbus Corporate Jets crée pour sa clientèle privée. La collaboration entre cette dernière et Richard Mille initiée en 2016 s’est concrétisée par la création de la RM 50-02 Tourbillon ACJ. Les prouesses techniques révélées par le mécanisme de cette montre sont une illustration à couper le souffle du niveau d’ingénierie autant que des valeurs que partagent les deux compagnies.




Nouvelle révolution

La RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante ACJ a permis d’élargir les possibilités habituelles des montres de voyage en proposant des fonctionnalités inattendues mais susceptibles d’être utiles à toute personne ayant une âme de globe-trotteur.

Considérée comme la montre Richard Mille la plus technique à ce jour, ce modèle est le fruit de plus de cinq ans de développement, notamment pour le mouvement, pensé par Salvador Arbona, directeur technique mouvement de Richard Mille.




RM 62-01

Invention, Innovation, Development


Fonction essentielle lors de tout grand voyage, le second fuseau horaire est ici indiqué par l’aiguille UTC verte vernie au centre du cadran. Sous le verre saphir transparent à 9 heures, le tourbillon, dont le balancier à inertie variable oscille à la fréquence de 3 Hz, repose sur une platine en titane grade 5. La grande date située à 12 heures est signalée par le cartouche rouge hachuré emblématique de la maison. La réserve de marche de 70 heures est située à 11 heures. L’ensemble des fonctions de l’alarme par vibrations est regroupé sur la partie basse du cadran principal. Le cadran auxiliaire permet quant à lui de régler l’heure de sonnerie sur 24 heures, à la minute près. Il dispose de 2 indicateurs dédiés: on/off et réserve de marche. Complication horlogère apparue il y a près d’un demi-siècle, l’alarme, restant cantonnée à une fonction réveil bruyante pour tirer les dormeurs de leur sommeil, n’avait guère connu d’évolution depuis.



Or, le temps n’est plus aux sonneries stridentes nuisant au calme des bureaux, lounges d’aéroports et autres espaces publics. Pourquoi une montre alarme devrait-elle échapper à cette bienséance ? Inspiré du mode silencieux des smartphones, le projet de la RM 62-01 est précisément de l’inscrire dans une logique d’intimité entre le porteur et sa montre, mais aussi avec son environnement.

L’innovation principale consiste à modifier le mode d’émission de l’alarme. Cette dernière n’est plus sonore, mais confidentiellement transmise au poignet par des vibrations, à peine amplifiées si la montre est déposée sur une table de chevet.

La fonctionnalité attendue est donc assumée avec élégance à travers la possibilité de se faire rappeler en toute discrétion rendez-vous et autres heures d’importance. Le porteur de la montre est en effet la seule personne susceptible de discerner le déclenchement de l’alarme, imperceptible au-delà de quelques centimètres. Dans l’atmosphère tendue d’une salle de réunion aussi bien que dans l’espace confiné d’une cabine de première classe, une telle délicatesse est de bon aloi.



La RM 039L’une des montres les plus compliquées de la collection — véritable outil de navigation pour pilotes expérimentés — utilise des matériaux et un design typiques de l’industrie aéronautique. Près de 800 composants pour le mouvement et 200 pour le boîtier.

Dans la lignée de la RM 50-02 Tourbillon Chronographe à Rattrapante ACJ, présentée en 2016, la RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante ACJ reprend son dessin distinctif, à savoir la lunette en forme de hublot associée à la forme tonneau du boîtier, emblématique des montres Richard Mille. Cette dernière surplombe les nombreuses indications qui se distinguent par les contrastes soutenus de leur code couleur. Le décor de la couronne de grand diamètre en titane rappelle des pales de réacteur tandis que les poussoirs reprennent le profil des pylônes reliant les voilures aux réacteurs.

Comme la RM 50-02, la RM 62-01 présente une double lunette. Elle reproduit également cette construction sur le fond du boîtier. Reposant sur une lunette en titane poli et satiné, la seconde lunette est usinée dans un bloc de Carbone TPT® de seulement 1,8 mm d’épaisseur.

De la carrure en Carbone TPT® émerge un renfort en titane. Là où la RM 50-02 reprenait la blancheur des long-courriers, la RM 62-01 semble inspirée de l’habillage sombre de bois veiné noir d’une cabine sur mesure.

Le choix de ces matériaux va au-delà de la seule logique esthétique : la combinaison titane/Carbone TPT® offre en outre le meilleur rapport poids-rigidité dans le contexte fonctionnel de la RM 62-01. Elle assure que les vibrations de l’alarme seront bien transmises au poignet, moyen de les dévier du mouvement qui est ainsi protégé par la structure même de la montre. La longue phase d’élaboration et de développement de la RM 62-01 — boîtier, appendices, mouvement, formes spécifiques des composants, internes comme externes — est imposée par le contexte puisque cette montre doit résister aux microtremblements de terre agitant régulièrement cet ensemble de composants solidaires, mobiles, dont certains n’aiment guère les vibrations.

La démarche de Richard Mille consiste à aborder le développement de toute fonctionnalité ou complication en envisageant systématiquement la perfection.

S’agissant de l’alarme, le réglage devait donc être pensé à la minute près et sur 24 heures afin d’éviter que la montre ne sonne au cours de la demi-journée inappropriée.

Les ingénieurs Richard Mille ont donc intégré les contraintes de sécurité de fonctionnement de cette pièce hautement complexe. Différentes expérimentations ont permis d’assurer la meilleure utilisation des fonctions ainsi qu’une excellente résistance du mouvement dans le temps.

Quel que soit le moment où le porteur effectue la mise à l’heure de la montre comme de l’alarme, même lorsqu’elle est activée, la vibration peut-être interrompue sans dommage. Par ailleurs aucune manipulation des poussoirs ne peut engendrer de dégât. Les relatives grandes dimensions de la montre avec ses 16,90 mm d’épaisseur, 42 mm de large pour 49,94 mm de long et ainsi que les 7,06 mm d’épaisseur du calibre n’en constituent pas moins un exploit au vu du nombre d’éléments qu’il renferme : 9 complications, 816 composants, auxquels s’ajoutent encore 384 pièces d’habillage dont pas moins de 7 aiguilles et 5 indicateurs squelettés.


L’alarme de la RM 62-01

L’art de faire vibrer


Contrairement aux réveils et alarmes classiques de l’horlogerie, récente ou ancienne, celle de la RM 62-01 est totalement silencieuse. Au lieu d’un marteau qui, pour créer un son, frappe un pilier, un timbre ou l’intérieur du boîtier, le signal de l’heure est transmis par une vibration perceptible uniquement par le porteur.

« C’est une innovation complète, » explique Salvador Arbona, directeur technique mouvement de Richard Mille. « Comment faire vibrer la montre avec une réserve de marche donnée de manière confidentielle et sans impact sur le mouvement. » Il fallait donc que la vibration soit suffisamment présente mais pas au point de générer un son ni d’être transmise au-delà du poignet. La durée de l’alarme devait être suffisamment longue tout en restant qualitative pour être aisément perçue. Et enfin, elle ne devait en aucun cas altérer l’intégrité du mouvement, ni son fonctionnement. Ainsi est née l’idée de provoquer cette vibration au moyen d’une masse excentrée, semblable à un rotor automatique, inspirée des vibreurs de téléphone portable.

La prise en compte de la nature mécanique de la RM 62-01 ajoutée aux contraintes liées à l’encombrement imposèrent une démarche technique très raisonnée. Tout d’abord, il a fallu déterminer une fréquence de rotation de la masse oscillante garantissant l’équilibre vibration/énergie/durée. « Nous sommes progressivement montés en fréquence, de manière empirique, pour arriver à environ 5 400 tours minute », révèle Salvador Arbona. Ensuite des études approfondies de simulation et plusieurs prototypes ont permis de s’assurer que cette fréquence ne générait pas de résonance avec d’autres composants du mouvement.

Sinon ces derniers seraient entrés de manière sympathique en vibration avec la masse et auraient été perturbés, voire cassés par cette interférence imperceptible. Puis il a fallu déterminer le matériau le plus adapté, ainsi que la forme à donner à cette masse oscillante. Le rotor est entièrement fabriqué en or gris et d’un seul tenant. Cette forme de pioche ou de hache permet de maintenir le centre de gravité le plus éloigné possible de l’axe. Combiné à un matériau lourd, il nous offre l’inertie dont nous avons besoin dans le respect des contraintes d’encombrement », poursuit Salvador Arbona.

Faire tourner à une telle fréquence un composant si lourd dans un environnement aussi sensible évoque le proverbial éléphant dans un magasin de porcelaine... « L’or n’est pas particulièrement rigide, donc en cas de choc, la masse peut taper sur le mouvement de la même manière qu’une masse d’automatique. C’est pourquoi a été ménagé au-dessus du mouvement un chemin de masse, protégé, qui l’isole. C’est le dernier composant que nous posons. »

Les ultimes contraintes à intégrer tiennent à la nécessité d’imposer de stricts paramètres ergonomiques aux composants de la fonction alarme. À commencer par le regroupement des indications et des réglages. Ainsi, le réglage du cadran de la mise à l’heure de l’alarme situé à 4-5 heures est accessible par une position du sélecteur de fonctions. Sa réserve de marche est à 7 heures et le poussoir servant à remonter le barillet secondaire dédié au vibreur est positionné à 7-8 heures. L’alarme de la RM 62-01 est ainsi la seule remontée par pression, et non en tournant une couronne. Il faut appuyer douze fois sur le poussoir au profil typique des montres Richard Mille ACJ pour recharger entièrement la réserve de l’alarme.

Fonctions extrêmes

La RM 62-01 est dotée d’un ensemble de complications qui servent les professionnels en déplacement, tout en sortant du cadre traditionnel de la montre de voyage. Elle comporte l’indication UTC, qui correspond à un second fuseau horaire, indiqué par l’aiguille verte au centre. À 9 heures, sous le cadran en saphir transparent, le tourbillon possède un balancier à inertie variable oscillant à la fréquence de 3 Hz. La date surdimensionnée est située à 12 heures et signalée par le cartouche rouge hachuré typique du design Richard Mille. Ici, la réserve de marche du mouvement, qui est de 70 heures, est située à 11 heures.

L’ensemble des fonctions de l’alarme est regroupé dans la partie inférieure de la montre. Sur ce modèle, le sélecteur de fonctions affiche pour la première fois cinq fonctions afin de permettre tous ses réglages. Ajustable à la minute près et sur 24 heures par une position spécifique ? du sélecteur de fonctions, elle intègre trois indicateurs dédiés : on/off, AM/PM et réserve de marche. Le poussoir de remontage du barillet secondaire dédié au vibreur est à 8 heures. Ainsi, la RM 62-01 est la seule alarme remontée non en tournant une couronne mais par simples pressions sur le poussoir, douze suffisant à recharger entièrement la réserve de l’alarme.


L’aviation, la source d’inspiration

Si deux mondes étaient destinés à se rejoindre à la pointe de l’innovation, ce seraient l’aviation et l’horlogerie, orientées vers la conquête de l’espace et du temps. L’aéronautique a toujours été au cœur de l’inspiration de Richard Mille et sa vision de l’horlogerie du XXIe siècle révèle d’étroits parallèles avec cet univers de l’extrême. La mission que s’est toujours assignée Airbus d’acheminer par les airs ses passagers dans les conditions à la fois les plus sûres et les plus confortables a hissé ses techniciens à l’avant-garde de la conception aéronautique. Son seul nom suffit à évoquer les approches inédites en matière de design des avions que sa prestigieuse filiale Airbus Corporate Jets crée pour sa clientèle privée.

La RM 62-01 s’inscrit dans la lignée de la RM 50-02 Tourbillon Chronographe à Rattrapante ACJ, présentée en 2016, dont elle reprend les dessins distinctifs. Là où la RM 50-02 retenait la blancheur des long-courriers, la RM 62-01 semble inspirée de l’habillage sombre de bois veiné noir d’une cabine sur mesure dessinée par Sylvain Mariat, responsable du bureau de design créatif, ACJ. Le verre saphir en forme de hublot surplombe les indications nombreuses et néanmoins bien lisibles grâce à leur code couleur et à un fort contraste. Le décor de la couronne de grand diamètre en titane rappelle des pales de réacteur tandis que les poussoirs reprennent le profil des pylônes reliant les voilures aux réacteurs.

La RM 62-01 présente une double lunette, une en titane poli et satiné, la seconde lunette est usinée dans un bloc de Carbone TPT® de seulement 1,8 mm d’épaisseur. Le choix de ces matériaux va au-delà de la seule quête esthétique : la combinaison titane/Carbone TPT® offre également le meilleur rapport poids-rigidité dans le contexte fonctionnel de la RM 62-01. Elle assure que les vibrations de l’alarme seront bien transmises au poignet, moyen de les dévier du mouvement qui est ainsi protégé par la structure même de la montre.

Acquérir un objet d’une telle complexité démontre nécessairement un choix résolu que confirme l’esthétique spécifique de cette édition limitée à 30 exemplaires.

Richard Mille RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante Airbus Corporate Jets

Caractéristiques technique




Édition limitée à 30 pièces en titane et Carbone TPT®.

Calibre RM62-01 : Mouvement tourbillon à remontage manuel avec heures, minutes, grande date, affichage UTC (temps universel coordonné), affichage AM/PM, sélecteur de fonctions et indicateur de réserve de marche. Fonction alarme vibrante avec indicateur d’activation (on/off).

Dimensions : 42.00 x 49.94 x 16.90 mm.

Caractéristiques principales

Réserve de marche
Environ 70 heures (±10%), affichée à 11 heures.

Platine squelettée et ponts en titane grade 5
La platine et les ponts sont réalisés en titane grade 5, alliage biocompatible qui offre une très grande résistance à la corrosion et une rigidité remarquable garantissant le parfait fonctionnement du train d’engrenage. Cet alliage est composé à 90 % de titane, 6 % d’aluminium et 4 % de vanadium. L’utilisation du titane grade 5 associé au traitement PVD noir confère une grande rigidité à l’assemblage et une rigoureuse planéité aux surfaces. Cette combinaison accroît les propriétés mécaniques de l’alliage, ce qui explique son utilisation fréquente dans l’industrie aérospatiale, aéronautique et automobile.

La platine squelettée et les ponts ont été soumis à de multiples tests afin de favoriser leur inertie face aux vibrations de l’alarme et aux chocs.

Alarme vibrante
Nouvelle grande complication développée par Richard Mille et Audemars Piguet Renaud & Papi, cette alarme spécifique est le fruit de 5 ans de développement. Son principe repose sur le déclenchement automatique à l'heure programmée d’un signal par vibrations obtenues par la rotation d’une masse oscillante. Usinée dans de l’or gris et d'un seul tenant, cette masse est réglée à une fréquence d’oscillation de 5,400 tours minutes.

De nombreuses simulations et plusieurs prototypes ont permis de s'assurer que cette fréquence ne générait aucune perturbation, ni résonance avec d'autres composants du mouvement, ni casse liée à cette interférence. Très éloigné de son axe et combiné à un matériau lourd, le centre de gravité de la masse procure l'inertie nécessaire tout en respectant les contraintes d’espace.

Grâce à son cadran et à ses 2 aiguilles, l'alarme est ajustable à la minute près sur 24 heures via le sélecteur de fonctions situé à 3 heures. Elle est secondée par un indicateur on/off à 5 heures.

La durée maximum de la vibration, dotée d'un barillet dédié, est de 12 secondes. 12 pressions sur le poussoir situé à 8 heures permettent de la recharger. La réserve de marche se lit sur une échelle à 7 heures.

Sélecteur de fonctions à 5 positions
Un poussoir situé au centre de la couronne permet de sélectionner d’une simple pression cinq fonctions : remontage, mise à l’heure de la montre, mise à l’heure de l’alarme, réglage de l’UTC, position neutre. À 3 heures, un disque affiche le mode sélectionné lorsque ce dernier passe sur fond clair : W (remontage) – N (neutre) – T (mise à l’heure de la montre) – U (mise à l’heure de l’aiguille UTC) - A (mise à l’heure de l’alarme).

Affichage surdimensionné de la date
Semi-instantané, dans une ouverture horizontale à 12 heures.

Affichage AM/PM
Situé à 6 heures, un disque indique si l’heure affichée est Ante Meridiem (AM) ou Post Meridiem (PM).

Balancier à inertie variable
Le type de ce balancier, situé à 9 h, garantit une plus grande fiabilité lors de l’assemblage et du démontage du mouvement ainsi qu’en cas de choc et de fortes vibrations. La précision du mouvement est donc améliorée à long terme. L’index de la raquette est supprimé et le réglage plus fin et répétable de l’inertie est rendu possible par 4 masselottes orientables.

Barillet à rotation rapide (un tour en 6 heures au lieu de 7,5 heures)
Ce type de barillet présente les avantages suivants :
  • L’adhérence interne du ressort de barillet est considérablement réduite, améliorant ainsi les performances,
  • Excellent delta de la courbe de ressort du barillet avec une réserve de marche au rapport idéal entre performance et régularité.

Cliquet de barillet à recul progressif
Ce dispositif apporte un gain appréciable au remontage, jusqu’à 20 % lorsque le ressort est peu armé. Il contribue également à une bonne répartition de la tension interne du ressort de barillet.

Denture du barillet et du pignon de grande moyenne à profil de développante
Le rouage à profil de développante au centre exerce une pression selon un angle optimal de 20°, ce qui améliore l’efficacité de l'engrenage et compense les éventuelles variations d'engagement. Il en résulte une excellente transmission du couple et une nette amélioration du rendement.

Vis spline en titane grade 5 pour les ponts
La conception des vis assure la maîtrise du couple de serrage pendant l’assemblage. Très résistantes aux opérations de montage ou de démontage, elles sont par ailleurs peu sujettes au vieillissement.


Autres caractéristiques

  • Diamètre du mouvement : 31,92 x 31,99 mm
  • Épaisseur : 7,75 mm
  • Diamètre du tourbillon : 12,30 mm
  • Diamètre du balancier : 10 mm
  • Nombre de rubis : 77
  • Balancier : GLUCYDUR, 2 bras et 4 vis de réglage
  • Moment d’inertie: 10 mg.cm², angle de levée 53°
  • Fréquence : 21’600 alternances par heure (3 Hz)
  • Spiral : elinvar par Nivarox®
  • Dispositif antichoc : KIF ELASTOR KE 160 B28
  • Arbre de barillet en Chronifer® sans nickel (DIN x 46 Cr 13 + S), présentant les propriétés suivantes : inoxydable – antimagnétique – trempé

Boitier en titane et carbone TPT®
Boîtier, cadran et chaque pièce du mouvement sont abordés dès la conception et jusqu’au terme de la fabrication de la montre selon une approche globale qui assure simultanément l’harmonie de l’ensemble et le respect des spécifications extrêmement rigoureuses. Le cercle d’emboîtage est supprimé et le mouvement est fixé au châssis au moyen de 4 vis en titane et de silentblocs (ISO SW).
La lunette et le fond sont constitués d’une première lunette en titane grade 5 polie et satinée sur laquelle vient se fixer une seconde lunette de 1,80 mm d’épaisseur et usinée dans du Carbone TPT®.

Le Carbone TPT® est constitué de 600 couches de filaments parallèles, eux-mêmes obtenus après l’écartement de fils de carbone. Ces couches d’une épaisseur maximale de 30 microns sont imprégnées d’une matrice noire puis assemblées par une machine spécifique qui empile les couches en variant l’orientation des fibres de 45° entre deux couches. Après avoir été chauffé à 120 °C, à une pression de 6 bars, dans un autoclave semblable à ceux utilisés pour
la fabrication des composants aéronautiques, le Carbone TPT® est alors prêt à être usiné chez Richard Mille. Au cours de cette phase, la révélation des différentes couches de Carbone TPT® génère des motifs damassés aléatoires uniques pour chaque pièce.

La carrure et les poussoirs sont également usinés dans du Carbone TPT® et rehaussés par des renforts en titane grade 5 microbillés et polis. Le boîtier est assemblé au moyen de 20 vis Torq-Set® en titane grade 5 et des rondelles en acier inoxydable 316L résistantes à l’usure.

Vis TORQ-SET® pour le boîtier
Telles les pales d’une hélice, les quatre bras des vis Torq-Set® convergent vers le centre avec un léger décalage et s’incurvent selon la même courbe vers leur autre extrémité. Ce type de vis est utilisé dans l’industrie aérospatiale pour garantir la régularité et une excellente transmission du couple appliqué. Mieux qu’une vis cruciforme classique, sa forme garantit également un emboîtement parfait, pour un dévissage rapide en toutes circonstances.

Couronne dynamométrique
Ce dispositif de sécurité permet d’éviter le remontage forcé, source de problèmes tels que bris de la tige ou surtension du ressort du barillet.

Réhaut
Les index des heures en métal reçoivent un revêtement luminescent approuvé.

Cadran
Verre saphir (épaisseur : 0,40 mm) traité antireflet (sur les deux faces), protégé par 8 crampons en silicone.

Glace
  • Côté lunette : verre saphir (1 800 Vickers) traité antireflet (sur les deux faces)
    Épaisseur : 1,60 mm
  • Côté fond de boîte : verre saphir traité antireflet (sur les deux faces)
    Épaisseur : 1,20 mm


Finitions

Mouvement
  • Anglages polis à la main
  • Blocages polis à la main
  • Surfaces des ponts soleillées
  • Sections fraisées microbillées au saphir
  • Points de contact rodés et polis
  • Pivots brunis

Pièces en acier
  • Surfaces étirées et microbillées
  • Anglages polis à la main

Roues dentées
  • Moulures diamantées
  • Décorations circulaires sur les faces
  • Dorure (avant taillage de la denture)
  • Retouches minimales sur les rouages afin de préserver géométrie et performance

Entretien avec Salvador Arbona

Directeur technique mouvement



Comment a démarré le projet de la RM 62-01 ?
Nous avons commencé les premiers plans en 2013. Sur une idée de Richard Mille et Dominique Guenat qui voulaient créer une montre voyageur dotée d’une alarme discrète. Inspirés par l’attitude de ceux qui règlent leur téléphone en mode vibration, ils voulaient transposer l’idée de réception de messages fonctionnels provenant de sa montre, mais de manière personnelle, individuelle. Si l’on en perçoit le petit bruit émis par le tic-tac, la vibration quant à elle reste inaudible même à un mètre.

Quel est le niveau de complexité de ce mouvement ?
C’est un projet de très longue haleine car extrêmement complexe. Il s’inspire de ce que nous appelons entre nous des « moutons à cinq pattes », d’autres mouvements très sophistiqués, comme celui de la RM 039 Tourbillon Aviation ou de la RM 25-01 Tourbillon Aventure Sylvester Stallone. Ces pièces pensées pour aboutir à quelque chose d’entièrement nouveau exigent des mécanismes qui requièrent de très nombreuses années de développement. L’alarme par vibreur n’existait pas et il a donc fallu une longue phase d’expérimentation.

Comment cela s’est-il traduit dans votre travail ?
Le projet a bénéficié d’un suivi particulier avec APR&P (Audemars Piguet Renaud & Papi) avec qui nous développons et construisons des mouvements de ce type.

Avant de réaliser un mouvement entier, diverses questions techniques liées aux vibrations dans le cœur même du mouvement ont dû être résolues. Quatre prototypes partiels, beaucoup de travail sur les maquettes et les contraintes d’encombrement ont été nécessaires pour pouvoir intégrer autant de composants et de fonctions dans un volume contenu, équivalant en l’occurrence à une RM 11-03. Il fallait loger 816 composants, 2 barillets, 7 aiguilles, 11 affichages et une cage de tourbillon. L’un de nos constructeurs a donc travaillé pendant cinq ans à plein temps, parfois avec l’aide d’un autre constructeur, avec réunion de suivi chaque quinzaine.

Curieusement, malgré sa complexité, la montre séduit d’emblée par sa sobriété et son apparente simplicité.
Tant mieux ! Notre but est de rendre simple quelque chose de très compliqué, c’était l’un de nos objectifs. Malgré le nombre de ses composants, la pièce conserve une apparence de sobriété, même sur le fond de boîte. L’effet recherché n’était pas facile à obtenir. De plus, nous avons inséré des fonctionnalités, comme le sélecteur de fonctions, qui accentuent cette impression de simplicité. Il est déjà difficile de ménager trois positions en tirant une couronne sur 1,5 mm de parcours mais, afin de permettre tous les réglages de la RM 62-01, nous sommes partis du sélecteur à trois fonctions apparu sur la RM 002 augmentées à cinq pour la première fois.

Ici, on utilise le poussoir bien connu des utilisateurs, l’indicateur de position est très clair et la couronne sert uniquement au réglage des aiguilles. On retrouve la facilité d’utilisation et le confort caractéristiques de Richard Mille.

Quelles ont été les plus importantes difficultés de ce projet ?
Nous nous sommes longtemps posé la question suivante : « Les vis vont-elles résister à toutes ces vibrations ? » Nous devions nous en assurer puis le garantir sur la durée. Parce que, par définition, la vibration est l’ennemie du mouvement. Les multiples serrages sont effectués avec des tournevis dynamométriques qui permettent d’obtenir des forces très précises et calibrées résultant des études de simulation et de validation.

D’autre part, le mouvement a bénéficié d’une certification Chronofiable A8, qui garantit 6 mois d’expérimentations d’études de résistance aux chocs pour nous assurer qu’aucune vis ne bougerait. Des études ont été effectuées à 50 et à 100 g et les mouvements soumis à des petits chocs très fréquents sur 24 heures. Cela nous a permis de déterminer des traitements spécifiques en fonction des vis et de calculer des couples de serrage optimaux. Le titane auquel nous sommes habitués a laissé place ici à l’acier trempé qui permet de serrer plus fort.

 PUBLICITÉ
  • Hermès Heure H
  • TAG Heuer revisite ses Carrera Lady
  • OMEGA Trésor
  • Dior Grand Bal Opéra
  • Dior Grand Bal Couture
  • Cartier Libre
  • Audemars Piguet Sapphire Orbe
  • Ester Ledecká rejoint l’équipe Richard Mille
  • Audemars Piguet Royal Oak Frosted Gold Carolina Bucci
  • Bvlgari Bvlgari Ladies
  • Ulysse Nardin
  • Roger Dubuis
  • Panerai
  • Ralf Tech
  • Hublot
  • RJ
  • Breitling
  • A. Lange & Söhne
  • IWC
  • Chopard
  • Bulgari
  • Jaeger-LeCoultre
  • Panerai
  • Louis Vuitton
  • Richard Mille
  • Omega
  • TAG Heuer
  • Hublot
  • Richard Mille
  • Zenith
  • Audemars Piguet
  • Bell & Ross
  • Hublot
  • Vacheron Constantin
  • RJ
  • RJ
  • Panerai
  • SIHH
  • The Unnamed Society
  • Zenith
  • Richard Mille
  • Hublot
  • Bucherer
  • RJ
  • TAG Heuer
  • Hublot
  • Panerai
  • Anonimo
  • Zenith
  • Richard Mille
  • RJ
  • Hublot
  • Montblanc
  • Omega
  • Hublot
  • Breguet
  • Richard Mille
  • Vacheron Constantin
  • Vacheron Constantin
  • RJ
  • LVMH annonce la première exposition de ses marques horlogères suisses à Dubai
  • CHANEL prend une participation dans la Manufacture KENISSI
  • Le SIHH et Baselworld harmonisent leurs dates à partir de 2020
  • La Fondation de la Haute Horlogerie accueille Breitling comme nouvelle marque partenaire
  • Richard Mille annonce son retrait du SIHH
  • CHANEL prend une participation dans Montres Journe SA
  • Kering nomme Patrick Pruniaux directeur général de ses maisons horlogères suisses
  • Swatch Group a décidé de quitter Baselworld
  • Hublot nomme Benoit Lecigne comme directeur général de tous les pays sous sa responsabilité
  • Bucherer annonce l'acquisition de Tourneau LLC
  • La Fondation de la Haute Horlogerie accueille Zenith comme nouvelle marque partenaire
  • Richemont announces changes to its Senior Executive Committee
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  •  PUBLICITÉ

    Vous aimez cette montre ?

    beaucoup
    passionnément
    pas du tout

      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Audemars Piguet, 3 montres Vacheron Constantin, 4 montres Baume & Mercier, 5 montres Patek Philippe, 6 montres Hublot, 7 montres Omega, 8 montres Richard Mille, 9 montres Cartier, 10 montres Jaeger-LeCoultre, 11 montres TAG Heuer, 12 montres IWC, 13 montres Panerai, 14 montres A. Lange & Söhne, 15 montres Breitling, 16 montres Zenith, 17 montres Girard-Perregaux, 18 montres Bell & Ross, 19 montres Chopard, 20 montres RJ, 21 montres Roger Dubuis, 22 montres Chanel, 23 montres Louis Vuitton, 24 montres Blancpain, 25 montres Breguet, 26 montres Piaget, 27 montres Montblanc, 28 montres Corum, 29 montres Ulysse Nardin, 30 montres Tudor, 31 montres BRM, 32 montres Bulgari, 33 montres Dior, 34 montres Ebel, 35 montres Ralf Tech, 36 montres The Unnamed Society, 37 montres Jaquet Droz, 38 montres Van Cleef & Arpels, 39 montres L.Leroy, 40 montres Hermès, 41 montres Ikepod, 42 montres H. Moser & Cie, 43 montres Parmigiani, 44 montres Perrelet, 45 montres JeanRichard, 46 montres Grand Prix de Genève, 47 montres Chaumet, 48 montres Harry Winston, 49 montres Yema, 50 montres MB&F, 51 montres Greubel Forsey, 52 montres Salon Belles Montres, 53 montres Anonimo, 54 montres Christophe Claret, 55 montres Bucherer, 56 montres Wyler Genève, 57 montres LVMH, 58 montres Eterna, 59 montres Schwarz Etienne, 60 montres Cyrus,