@Cartier #CartierInMotion #DesignMuseum #Londres

Cartier in Motion

25 mai - 28 juillet, Design Museum - Londres

La Cote des Montres™ le 02 juin 2017



Du 25 mai au 28 juillet 2017, le Design Museum à Londres présente Cartier in Motion, une exposition sur le thème de Cartier et du design, conçue par l’architecte Norman Foster.

Poster Cartier in Motion

L’exposition Cartier in Motion aborde la créativité horlogère de Cartier sous l’angle du design. Une aventure conduite par Norman Foster, commissaire de l’exposition et Deyan Sudjic, co-commissaire.

Récemment, le Design Museum fait l’acquisition de deux pièces contemporaines Cartier, une montre Santos et une montre Tank, pour compléter ses collections. Elles ont pris place dans son exposition permanente Designer Maker User, présentée dans les nouveaux bâtiments du musée à Kensington High Street. L’acquisition de ces pièces iconiques initie un dialogue entre le directeur du Design Museum Deyan Sudjic et la Maison Cartier qui proposent alors à Norman Foster d’imaginer une exposition sur le thème de Cartier et du design. Celui-ci accepte, la création de la montre Santos étant liée à l’une de ses passions, l’aviation. Au fil de réunions à Paris, à Genève, à la Manufacture de La-Chaux-de-Fonds, à Londres et à Milan, le concept de l’exposition prend forme.

Poster Cartier in Motion

Le regard que Norman Foster pose sur l’histoire horlogère de Cartier prend en compte le changement historique que notre société connaît au tournant du 20e siècle et son impact sur la naissance des montres modernes. À cette époque un monde nouveau s’annonce dans un tourbillon qui condense l’évolution soudaine de l’architecture, des modes de vie, des voyages, de l’expression artistique.

Réunion de travail dans les bureaux Cartier à Paris au mois de novembre 2016

Cent-soixante-dix pièces sont présentées, provenant essentiellement de la Collection Cartier mais aussi de prêts de la Collection du Palais Princier de Monaco, du Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget et du Rockefeller Center. Des extraits d’un scrapbook issu des Archives de Cartier complètent cette sélection et retracent le travail de recherche des dessinateurs de la Maison.

Projet de scénographie de l'exposition Cartier in Motion

Six thématiques composent l’exposition : (1) L’évolution de Paris et son influence sur les formes chez Cartier ; (2) les liens de Louis Cartier avec les pionniers de son temps et en particulier Santos-Dumont ; (3) la naissance de la montre-bracelet moderne ; (4) l’apparition d’un nouveau mode de vie entre les deux guerres que reflète une production d’objets du quotidien aussi élégants que pratiques ; (5) l’évolution du style et la recherche formelle menée par Cartier autour de ses montres ; (6) le savoir-faire de la Maison, avec notamment les pendules mystérieuses et les mouvements squelette.

1- La transformation de Paris
au début du 20e siècle

Cartier entre dans la modernité



Montre émaillée sur châtelaineCartier Paris, 1876
Or et motifs émaillés (châtelaine), émail, perles Collection Cartier
Marian Gérard, Collection Cartier © Cartier

Lorsque Louis-François Cartier reprend à son compte l’atelier de son maître Adolphe Picard, au 29 de la rue Montorgueil, le Paris que nous connaissons aujourd’hui existe à peine. La ville qui apparaît sous le compas du Baron Haussmann est un modèle de symétrie, de rationalité, de précision. Les grands boulevards traversent la capitale, relient des jardins ou des squares et répondent à la demande de l’empereur Napoléon III : « aérer, unifier, embellir » Paris. La construction de la Tour Eiffel est un événement en soi : destinée à ne rester que le temps de l’Exposition Universelle de 1889, elle est rapidement équipée d’un laboratoire scientifique, d’une station météorologique et d’un appartement où habitait Gustave Eiffel, avant de devenir le symbole universel de la capitale.



Montre de pocheCartier Paris, 1914
Platine, un cabochon d’onyx
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier

La rue de la Paix où Cartier s’installe en 1899 est située au cœur du Paris de Haussmann. Elle figure parmi les adresses en vue. À la Belle Époque, Louis Cartier se détourne volontairement de l’Art Nouveau qui était alors en vogue et s’engage dans une nouvelle voie. Le découpage géométrique de la ville modifie sa vision. Et la combinaison de tracés rectangulaires ou rayonnants a sans doute eu une influence sur l’esthétique des montres et des pendules créées dans ces années.



Montre de poche à double affichage des heuresCartier Paris, 1911
Platine, saphirs
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier

Recherche de l’épure, clarté des lignes, autant de caractéristiques que l’on retrouve dans les créations d’alors. Le monde change, et le style de Cartier aussi. Laissant derrière lui la surenchère du classicisme et ses ornements, il s’oriente désormais vers des formes simples et géométriques, toujours lisibles. L’évolution qui se produit ainsi en quelques années est fascinante : elle fait entrer Cartier dans la modernité.

2- Les liens de Louis Cartier avec les pionniers
de son temps

Alberto Santos-Dumont à bord de son aéroplane No. 15, en 1907
Archives Cartier © Cartier

Les frères Cartier connaissent bien le monde parisien et suivent de près cette clientèle inspirée et influente dont Louis en particulier partage les modes de vie et les goûts. Ces amitiés font accéder Louis et Pierre au cœur de la vie mondaine et les introduisent dans ces lieux ouverts à de nouveaux styles de vie. Loisirs de plein air, sport, mixité… – une société nouvelle s’esquisse.

Alberto Santos-Dumont reçoit à dîner chez lui à Paris ses invités sur du mobilier surélevé
afin de se familiariser avec l’altitude. Circa 1900
Archives Cartier © Cartier

La curiosité des frères Cartier est grande : Louis et Pierre soutiennent le cercle de l’Union Artistique quand leur père s’engage dans le cercle Artistique & Littéraire. Les deux frères sont aussi membres de l’Aéro-Club de France (AéCF), où scientifiques, industriels et sportifs se croisent. Au fil d’échanges souvent informels sont évoquées les avancées techniques qui donneront les objets de demain.

Le marquis Boni de Castellane, ami de Louis Cartier, est l’un des premiers hommes du Tout-Paris
à porter une montre Cartier à son poignet. Circa 1912
© Ministère de la Culture. Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN / Atelier Nadar

Paris est alors le « berceau de l’aéronautique » sur lequel tout le monde se penche. Louis se passionne pour le travail des commissaires de l’AéCF qui mesurent la durée des courses, les records, le potentiel durable des moteurs et des carburants. C’est là, parmi ces passionnés, que Louis Cartier rencontre l’aviateur Alberto Santos-Dumont (1873-1932). Pour lui, Louis va créer en 1904 sa première montre pour homme destinée à être portée au poignet.

Cyanotype pour un coupé Limousine sur chassis Itala commandé par Louis Cartier, 1906
Cartier Archives © Cartier

Les liens entre tous ces domaines reflètent l’influence que le moteur commence à exercer sur la société de ces premières années du siècle. Son impact sur les cercles privilégiés d’aristocrates qui représentent une grande partie de la clientèle de Louis Cartier est déterminant. Parmi eux le marquis Boni de Castellane est l’un des premiers à porter à son poignet une montre de forme carrée qui évoque celle créée pour Alberto Santos-Dumont.

Pour illustrer cette époque marquée par l’avènement rapide du progrès, des maquettes ont été réalisées pour l’exposition, répliques fidèles de dessins provenant du département des Archives de Cartier : les plans d’un avion signés par Louis Cartier ainsi que ceux d’une voiture et d’un bateau à moteur qu’il aurait commandés. Enfin, reflet de la fantaisie du dandy aviateur, la salle à manger suspendue de Santos-Dumont a été reconstituée selon des images d’archives.

3- La naissance de la montre-bracelet moderne



Igor Stravinsky par Pablo Picasso.31 décembre 1920
Collection Particulière
Collection Particulière © Succession Picasso 2017

Créée par Louis Cartier pour Alberto Santos-Dumont, la montre-bracelet moderne, désormais appelée « Santos », lui est remise en 1904 mais elle n’est commercialisée qu’en 1911. Elle devient un instrument indispensable à tout aviateur puisque pour connaître le temps de vol écoulé, la vitesse ou les limites de carburant, il n’est plus nécessaire de lâcher les commandes. Cette fonctionnalité nourrit une nouvelle symbolique : l’homme en mouvement, c’est-à-dire l’homme moderne, va chercher à maîtriser le temps.



Montre-bracelet Santos-DumontCartier Paris, 1912
Or, un cabochon de saphir - Bracelet cuir
Cette pièce particulièrement rare est l’une des toutes premières Santos réalisées par Cartier.
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier

Sur le cadran de la Santos, la ronde des heures entre dans une lunette carrée et rivetée. Allusion miniature aux grandes structures d’acier qui apparaissent ici et là à Paris, fascinent par leur élégance et semblent danser entre ciel et terre. La montre porte aussi en elle une vision nouvelle où la fonction dialogue avec l’esthétique. Cette montre constitue une rupture et annonce l’avènement d’un style moderne.



Montre-bracelet TortueCartier Paris, 1913
Platine, or, diamants, onyx - Bracelet moire
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier

Dans son sillage, d’autres montres emblématiques seront créées par Cartier : la montre Tonneau en 1906, la montre Tortue en 1912, la montre Tank en 1917, incarnant chacune à sa façon les codes de cette écriture horlogère : épure, simplicité des lignes, dessin indissociable de la fonction.



Montre-bracelet TonneauCartier Paris, 1915
Or, saphirs - Bracelet cuir
Provenance : roi Constantin 1er de Grèce
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet TankCartier Paris, 1920
Platine, or, un cabochon de saphir Bracelet cuir
Cette pièce particulièrement rare est l’une des toutes premières Tank réalisées par Cartier.
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet Tank L. C.Cartier Paris, 1925
Platine, or - Un cabochon de saphir - Bracelet cuir tressé
Cette pièce particulièrement rare est l'une des toutes premières Tank L. C.
Marian Gérard, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet Tank à guichetsCartier Paris, 1928
Or - Bracelet cuir
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet Tank CintréeCartier Paris, 1924
Platine, or - Un cabochon de saphir - Bracelet cuir
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet TankCartier Paris, 1927
Platine, or - Un cabochon de saphir
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier

4- Voyage, mouvement, élégance

Entre les deux guerres, un mode de vie voit le jour



Photographie d’archives de la réplique du Question MarkCartier New York, 1933
Exécutée en argent et émail
Archives Cartier © Cartier

Compagnie des Wagons-lits, Pullman, Trans-Europ-Express, Transatlantique au début du 20e siècle – le monde est parcouru de personnages raffinés équipés d’une multitude d’objets aussi sophistiqués qu’indispensables. L’homme moderne est un élégant voyageur. L’usage de la montre-bracelet s’accorde avec ses nombreux déplacements. Tout un mode de vie se matérialise à travers d’autres objets conçus pour le voyage, vade-mecum qui définit un goût pour le beau au quotidien et en mouvement, des stylos aux étuis à cigarettes, des coupe-papiers avec montre aux pendules de bureau.



Etui à cigarettesCartier New York, vers 1928
Or, émail
Au centre, un monogramme DC.
À l’intérieur, une inscription en fac-similé : Au Capitaine Dieudonné Costes / En souvenir de son envolée qui en deux / coups d’ailes a relié l’Europe, l’Afrique / et l’Amérique. Son compatriote et admirateur / New York, le 16 février, 1928 / P. C. Cartier. Elle est accompagnée d’une carte indiquant, grâce à des èches en émail bleu, le trajet accompli par l’aviateur ainsi que les escales. Collection Cartier
Nils Herrmann, Collection Cartier © Cartier

Certains portent l’empreinte de cette époque tout en s’inscrivant dans un registre plus personnel et symbolique. Le revers du couvercle d’un étui en or de 1912 est gravé d’une trentaine de signatures de personnalités liées aux débuts de l’aviation, dont celles d’Alberto Santos-Dumont et de Roland Garros ; un autre retrace l’itinéraire de la traversée de l’Atlantique Sud emprunté par l’aviateur Dieudonné Costes en 1927. Cet objet lui fut offert en hommage par Pierre Cartier.


Coupe-papier avec montreCartier Paris, département S, commande de 1930
Argent, or, agate, lapis-lazuli Collection Cartier
Nick Welsh, Collection Cartier © Cartier

Etui à cigarettesCartier Paris, 1912
Argent, or, un cabochon de saphir Vendu à Willis Mc Cormick, président de la Queen Aviation.
Le revers du couvercle est gravé d’une trentaine de signatures de personnalités liées aux débuts de l’aviation, dont celles de Chevillard, Igo Etrich, Jacques Mortane, Perreyor, Alberto Santos-Dumont, Jules Védrines, Gabriel Voisin, Roland Garros, Raymond Saulnier ou Jacques Schneider.
Collection Cartier
Nils Herrmann, Collection Cartier © Cartier.

Ensemble de bureau avec penduletteCartier Paris pour Cartier New York, département S, 1931
Argent, or, néphrite, laque noire, émail.
Collection Cartier
Nick Welsh, Collection Cartier © Cartier


Maquette d'avionCartier New York, vers 1930
Argent
Collection Cartier
Studio Gérard, Collection Cartier © Cartier

Bracelets avec breloques Gremlins (ci-dessous)Cartier Londres, commande exécutée en 1942-1943
Or - Émail
Les breloques furent dessinées par Bernard Dupérier, alors commandant, lorsqu’il était à Londres, après avoir rejoint en 1941 le général de Gaulle et les Forces aériennes françaises libres. Quand il soumit ses dessins à M. Bellenger, directeur de Cartier à Londres, il les décrivit ainsi : « Mes camarades pilotes de la RAF avaient pris l’habitude, en matière de plaisanterie, de rendre responsables de leurs erreurs professionnelles de petits génies invisibles qui s’amusaient des farces qu’ils jouaient aux “Boys” : les “GREMLINS” ! Un pilote tombait-il en panne d’essence parce qu’il n’avait pas surveillé la jauge de son réservoir et son temps de vol, c’est un Gremlin qu’il accusait d’avoir bu le carburant ! Il y avait, ainsi, les Gremlins qui dévissaient les boulons, ceux qui rendaient la radio inintelligible et, enfin, “Filfinella”, la dame Gremlin qui donnait des distractions à ses victimes ! »
Collection Cartier
Nick Welsh, Collection Cartier © Cartier

5- L’évolution du style et la recherche formelle autour des montres Cartier



Module lunaire (réplique exacte)Cartier Paris, 1969
Or, laque noire, émail
Inscriptions gravées « United States » et « Les lecteurs du journal Le Figaro à Michael Collins ». Trois modèles de ce type ont été réalisés par Cartier Paris à la demande du journal Le Figaro, et furent offerts aux trois astronautes d’Apollo 11 lors de leur visite à Paris. Les lecteurs du Figaro, qui financèrent la réalisation des objets par souscription, purent ainsi participer à l’événement du siècle.
Collection Cartier
Nils Herrmann, Collection Cartier © Cartier

Depuis les années 1960 et jusqu’à aujourd’hui, Cartier n’a cessé d’explorer la forme des montres Santos puis Tank et d’imaginer de nouvelles esthétiques : montre Oval (1958), Crash (1967), Maxi Oval (1969), Panthère de Cartier (1983), Pasha (1985), Ballon Bleu de Cartier (2007) ou Drive de Cartier (2015)... L’inventaire n’est pas exhaustif car le domaine est vaste et il séduit.



Invitation pour la « Santos night » à New York, 1979Archives Cartier New York © Cartier

En 1969, Cartier témoigne de sa fascination pour la technologie spatiale en créant trois répliques en or du module lunaire de la NASA. À partir de 1970, avec le Jet Age, tout s’accélère. Cette tendance culmine avec la mise en service du Concorde en 1976. En 1978, la nouvelle version de la montre Santos, sur laquelle l’or et l’acier s’allient de manière aussi audacieuse qu’inédite, crée l’événement et Cartier, en 1979, choisit de célébrer le 75e anniversaire de la montre Santos à New York. Une fête extravagante et somptueuse est organisée, qui, entre effets laser et arc-en-ciel high-tech, fait désormais partie des moments phares de l’histoire de la vie mondaine américaine des années 1970, incarnée par Truman Capote pour la littérature, Rudolf Nureyev pour la danse ou Paulette Goddard pour le cinéma. Dans le catalogue de l’exposition, l’écrivain et ancien rédacteur en chef d’Interview, le magazine de son ami Andy Warhol, Bob Colacello retranscrit l’effervescence de ces moments inoubliables.


Auto portrait Polaroïd de Andy Warhol portant sa montre Tank.Circa 1970
© The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc.

Catherine Deneuve durant le festival International du film de Cannes en 1965Catherine Deneuve porte la montre Baignoire
© R.A. / Gamma

De part et d’autre de l’Atlantique, les stars portent leur montre Cartier en signe de distinction, de Catherine Deneuve à Ingrid Bergman, mais aussi Yves Saint Laurent, Andy Warhol, Omar Sharif, Sean Connery ou Madonna... Aujourd’hui, elle est au poignet de femmes d’influence : Michelle Obama et Kate Middleton.



Montre-bracelet CrashCartier Londres, 1967
Or - Un cabochon de saphir - Bracelet cuir
La tradition veut que ce modèle doive sa forme originale à l’interprétation d’une montre endommagée dans un accident.
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet Tank Must de CartierCartier, modèle créé en 1977
Vermeil - Laque - Un cabochon de spinelle - Bracelet cuir
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet Santos de Cartier à mouvement automatiqueCartier, modèle créé en 1978
Or, acier - Un spinelle bleu
Collection Cartier
Crédits et droits d'auteur : Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet Pasha de Cartier à mouvement automatiqueCartier, modèle créé en 1988
Or - Un cabochon de saphir - Bracelet cuir
Collection Cartier
Nick Welsh, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet Tank Française avec mouvement automatiqueCartier, modèle créé en 1996
Or - Un cabochon de saphir
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet Panthère de CartierCartier, modèle créé en 1983
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier




Montre-bracelet Tortue 2 fuseaux jour/nuitCartier 2008 — Collection Privée Cartier Paris
Bracelet cuir
Photo 2000 © Cartier




Montre-bracelet Ballon Bleu de CartierCartier 2008
Or - Un cabochon de saphir - Bracelet cuir
Vincent Wulveryck © Cartier



Bracelet-montre à lunette incurvéeCartier Paris, 1966
Or
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier

Montre-bracelet Maxi OvalCartier Londres, 1969
Or - Un cabochon de saphir - Bracelet cuir
Collection Cartier
Vincent Wulveryck, Collection Cartier © Cartier

6- Le savoir-faire de la Maison



La Manufacture Cartier à La Chaux-de-Fonds. 2009O. Ziegler © Cartier

Pendant que le monde se traverse à vive allure, le temps s’égrène dans les ateliers plongés dans une immense concentration. Temps suspendu de l’artisan... L’irruption de la vitesse altère à peine le déroulé du travail, son rythme, ses pauses et ses reprises, qu’il soit manuel, mécanique ou industriel.



Montre-bracelet Rotonde de Cartier double tourbillon mystérieuxCartier 2013
Or - Un cabochon de saphir - Bracelet cuir
Montre et mouvement certifiés Poinçon de Genève
Photo 2000 © Cartier

Comment l’architecte ou le designer auraient-ils pu ne pas s’intéresser au savoir-faire ? Les montres de Cartier portent en elles la trace de talents d’exception, passionnés par l’art de faire, indissociablement associée au soin et à la pensée qui ont accompagné leur naissance.



Montre-bracelet Santos-Dumont SqueletteCartier 2011
Titane & ADLC (Amorphous Diamond-Like Carbon) - Un saphir facetté - Bracelet cuir
Photo 2000 © Cartier

Aujourd’hui, à la Manufacture de La-Chaux-de-Fonds, chaque montre naît d’un engagement pris par des artisans experts, engagés dans la recherche de l’excellence. Leurs créations ont pour vocation d’émerveiller, de ravir, de relier. Dans les ateliers parisiens de Haute Joaillerie rue de La Paix comme dans les espaces ultra-modernes de la Manufacture de La-Chaux-de-Fonds, des hommes et des femmes travaillent avec une même patience, une même passion, autour d’objets qu’ils vont s’approprier pour un temps, tout en demeurant la concrétisation d’une vision pensée par la Maison.



Pendule mystérieuse Modèle ACartier Paris, 1914
Platine, or - Agate - Cristal de roche - Quatre cabochons de saphir - Diamants - Émail
Les premières pendules mystérieuses Modèle A paraissent en 1912. Elles sont mystérieuses car leurs aiguilles de platine et diamants ne semblent pas être reliées à un quelconque mouvement, mais paraissent flotter dans le corps transparent de la pendule en cristal de roche. Les aiguilles sont fixées chacune à un disque de verre à bord dentelé, lui-même entraîné par un rouage relié par un axe vertical au mouvement.
Collection Cartier
Nick Welsh, Collection Cartier © Cartier

Dans les espaces de l’exposition consacrés au savoir-faire, un établi de maître horloger rappelle que la recherche de la perfection s’enracine dans un savoir-faire plus vivant que jamais. Ici les pièces présentées racontent comment le mouvement et sa complexité sont devenus des éléments de style. Les pendules mystérieuses, magnétiques, à gravité ou à prisme, tout comme la montre Santos-Dumont Squelette et son esthétique radicale dévoilent des lectures de cadran novatrices. Qu’ils soient invisibles ou révélés, les calibres et les mécanismes qui animent ces garde-temps sont devenus des signatures de la Maison.



Pendulette Comète jour et nuitCartier Paris, 1913
Or, platine, métal - Cristal de roche - Émail - Diamants
Dès 1912, Cartier commissionne à Coüet la mise au point d’une série de pendules Comète ou Planète dans des boîtiers ronds, carrés ou arqués
Collection Cartier
Nils Herrmann, Collection Cartier @ Cartier




Pendule de table magnétiqueCartier New York, 1928
Argent - Marbre - Émail
Cadran en forme d’assiette argent poli, destiné à être rempli d’eau. Le mouvement entraîne un aimant situé sous le cadran, qui attire et oriente la tortue. En longeant le bord, l’animal indique l’heure avec sa tête
Collection Cartier
Nils Herrmann, Collection Cartier @ Cartier




Pendule de table magnétiqueCartier New York, 1928
Argent - Marbre - Émail
Cadran en forme d’assiette argent poli, destiné à être rempli d’eau. Le mouvement entraîne un aimant situé sous le cadran, qui attire et oriente la tortue. En longeant le bord, l’animal indique l’heure avec sa tête
Collection Cartier
Nils Herrmann, Collection Cartier @ Cartier




Pendule Portique à gravitéCartier Paris, 1927
Platine, or - Onyx, néphrite - Corail, jade - Diamants - Rubis - Émail
La boîte descend lentement entre les deux colonnes. En fin de course, c’est-à-dire tous les huit jours, elle doit être replacée en haut, manuellement. La force motrice du mouvement est obtenue par le déplacement de la boîte du fait de la gravité terrestre
Provenance : la collection de Barbra Streisand
Collection Cartier
Nils Herrmann, Collection Cartier @ Cartier




Pendule prismeCartier, 2016
Argent - Jade
Le cadran apparaît par réflexion si la pendulette est placée de face, selon un angle précis
Collection du Palais princier de Monaco
Amélie Garreau © Cartier

Le musée, les commissaires d’exposition

Le Design Museum de Londres

Le nouveau Design Museum à Londres

Depuis novembre 2016, le Design Museum est installé au 224-238 Kensington High Steet dans un bâtiment emblématique des années 1960 restauré par le designer John Pawson. Fondé en 1989, le Design Museum est le principal musée d’architecture et de design moderne et contemporain de Londres.

Pour Deyan Sudjic, Directeur du Design Museum, “Le design est un moyen de comprendre le monde autour de nous. Il permet à la technologie de fonctionner, c’est un reflet de notre culture tout autant qu’un moteur de l’économie. (…). Le Design Museum est un lieu qui explore les objets autour de nous mais aussi les idées qui vont impacter notre futur. »

Aujourd’hui, le musée se déploie sur une surface de 10 000m² et révèle une collection permanente, deux espaces d’expositions temporaires, 400m² dédiés à l’enseignement et un studio pour accueillir des artistes en résidence.


À propos du Design Museum

Le Design Museum est le principal musée dédié à l’architecture et au design dans le monde. Tous les univers du design y sont rassemblés : mode, objets, graphisme. Depuis qu’il a ouvert ses portes en 1989, le musée a tout présenté, d’un AK-47 aux talons dessinés par Christian Louboutin. Il a présenté plus de 100 expositions, accueilli plus de 5 millions de visiteurs et révélé le travail de quelques-uns des designers et architectes les plus renommés, dont Paul Smith, Zaha Hadid, Jonathan Ive, Miuccia Prada, Frank Gehry, Eileen Gray et Dieter Rams. Depuis le 24 novembre 2016, le Design Museum est installé au 224-238 Kensington High Street dans un bâtiment emblématique des années 1960 restauré par le célèbre architecte John Pawson. Les nouveaux espaces se déploient sur une surface trois fois plus grande qu’auparavant, et permettent ainsi au musée de proposer au public un éventail d’expositions élargi et des programmes éducatifs renforcés.


Portraits

Norman Foster, commissaire de l’exposition, est né à Manchester. C’est là qu’il obtient en 1961 son diplôme d’architecture et d’urbanisme à la Manchester University School of Architecture and City. Il part ensuite à Yale University où il obtient un Master Degree en architecture. Il est le fondateur et Président Exécutif de Foster + Partners. Depuis plus de 50 ans, cette agence située à Londres a conduit de très nombreux chantiers d’une grande diversité, touchant l’urbanisme comme la création de mobilier, mais aussi la construction d’infrastructures publiques, d’aéroports, de bâtiments publics et culturels, de bureaux et de lieux de travail ou de résidences privées. Parmi les projets majeurs, on retiendra notamment l’Aéroport de Beijing, le viaduc de Millau, la Great Court du British Museum, la Hearst Tower à New York et le Museum of Fine Arts de Boston. Les projets en cours comprennent le Apple Park en Californie, le siège de Bloomberg’s European à London et le Norton Museum of Art en Florida.

Norman Foster

En 1990, il est fait Chevalier lors des célébrations de l’anniversaire de la Reine et accède, en 1999, au rang de Lord. Le travail de Norman Foster a été primé à maintes reprise et a reçu, notamment, le Pritzker Architecture en 1999.

Deyan Sudjic est le Directeur du Design Museum de Londres depuis 2006 et co-commissaire de l’exposition. Avant de rejoindre le musée, Deyan était le doyen de la Faculty of Art, Architecture and Design de l’université de Kingston, professeur invité au Royal College of Art et à l’Académie des Arts Appliqués de Vienne.

Deyan Sudjic

Il a collaboré régulièrement à divers magazines ou journaux comme l’Observer, Domus ou Blueprint magazine. Directeur du programme Glasgow City of Architecture et Design en 1999, il est nommé en 2002 directeur de la Biennale de Venise. En 2000 il est fait officier de l’Ordre de l’Empire Britannique. En 2004, il reçoit la médaille du bicentenaire de la Royal Society of Arts, devenant membre honoraire du Royal Institute of British Architects.

Deyan Sudjic est l’auteur de nombreux livres. Son titre le plus récent est The Language of Cities, à paraître en poche chez Penguin en juillet 2017.

Autour de l’exposition

Le musée, situé au 224-238 Kensington High St, Kensington, Londres W8 6AG, est ouvert tous les jours de 10h à 18h (dernière entrée à 17h). Le musée est ouvert en nocturne tous les premiers vendredis du mois jusqu’à 20h (dernière entrée à 19h). L’entrée est gratuite.

Le catalogue de l’exposition est édité par Ivorypress. Disponible en anglais, il se présente sous la forme d’un livre écrin et dépasse, par l’ampleur de son sujet et le nombre de ses auteurs, le cadre de l’exposition.

Norman Foster retrace les grands moments de l’exposition. Le philosophe Alain de Botton aborde l’objet et sa puissance symbolique ; Nicholas Foulkes raconte comment Cartier habite le quotidien ; l’actrice Rossy de Palma inscrit la création de Cartier dans le registre poétique ; Carole Kasapi, Responsable de la création des mouvements horlogers chez Cartier, s’intéresse aux grandes étapes de l’innovation horlogère ; l’historien Jean-Pierre Blay contextualise cette époque charnière du tournant du 20e siècle ; Bob Collacello, auteur et proche ami d’Andy Warhol, évoque les icônes Cartier et la Santos Night. Deyan Sudjic, Directeur du Design Museum, s’attache au savoir-faire de la Maison. Enfin, Pierre Rainero, Directeur de l’Image, du Style et du Patrimoine de la Maison, analyse le style de Cartier.

Une conférence grand public sera proposée le 11 juillet sur le site internet du Design Museum.

Une application iphone / android sera disponible et téléchargeable à partir du 23 mai au musée et sur les sites de Cartier, Foster + Partners et du Design Museum.

 PUBLICITÉ
  • Girard-Perregaux Cat’s Eye La Fenice
  • Piaget Altiplano - 60 ans et toujours jeune
  • Promesse « Les Exceptionnelles » by Baume & Mercier
  • Van Cleef & Arpels Montre Papillon Secret
  • Panthère de Cartier par Sofia Coppola
  • Panthère de Cartier
  • Cartier Panthère Royale
  • Cuir Neonude sur Petite Promesse Baume & Mercier
  • Montre Papyrus de Cartier
  • Bell & Ross BR S Novarosa
  • Anonimo
  • Roger Dubuis
  • IWC
  • Hublot
  • Breitling
  • A. Lange & Söhne
  • Ralf Tech
  • Zenith
  • HYT
  • Hublot
  • Corum
  • Panerai
  • Breitling
  • Ulysse Nardin
  • Hublot
  • Hermès
  • Hublot
  • Audemars Piguet
  • IWC
  • Hublot
  • Urwerk
  • Omega
  • Richard Mille
  • Richard Mille
  • Ralf Tech
  • Bell & Ross
  • BRM
  • Oris
  • Louis Vuitton
  • Girard-Perregaux
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Tudor
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • MATWATCHES
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Roger Dubuis
  • Bucherer
  • Richard Mille
  • Girard-Perregaux
  • Breitling
  • Hublot
  • Richard Mille
  • Breitling
  • Girard-Perregaux
  • Cartier
  • Rolex
  • Baume & Mercier
  • Cartier
  • Tudor
  • Girard-Perregaux
  • Baume & Mercier
  • Hublot
  • Richard Mille
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  •  PUBLICITÉ
      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Richard Mille, 5 montres Patek Philippe, 6 montres Omega, 7 montres Cartier, 8 montres IWC, 9 montres Jaeger-LeCoultre, 10 montres Vacheron Constantin, 11 montres Roger Dubuis, 12 montres Breitling, 13 montres Zenith, 14 montres Tag Heuer, 15 montres Montblanc, 16 montres Panerai, 17 montres A. Lange & Söhne, 18 montres Baume & Mercier, 19 montres Chopard, 20 montres Girard-Perregaux, 21 montres Blancpain, 22 montres Breguet, 23 montres Bell & Ross, 24 montres Chanel, 25 montres Piaget, 26 montres Corum, 27 montres Tudor, 28 montres Dior, 29 montres Louis Vuitton, 30 montres Ebel, 31 montres BRM, 32 montres L.Leroy, 33 montres Jaquet Droz, 34 montres JeanRichard, 35 montres Hermès, 36 montres Ulysse Nardin, 37 montres Ralf Tech, 38 montres Bucherer, 39 montres Bulgari, 40 montres HYT, 41 montres Porsche Design, 42 montres Franck Muller, 43 montres Chaumet, 44 montres H. Moser & Cie, 45 montres Oris, 46 montres Anonimo, 47 montres Urwerk, 48 montres Perrelet, 49 montres Yema, 50 montres Cresus, 51 montres Eterna, 52 montres Ressence, 53 montres Vulcain, 54 montres De Bethune, 55 montres Van Cleef & Arpels, 56 montres Graham-London, 57 montres Parmigiani, 58 montres Christophe Claret, 59 montres Wyler Genève, 60 montres MB&F,